Entrevue avec Jacques Nantel - Tendances de consommation et perspectives en lien avec le commerce de détail - CQCD

Entrevue avec Jacques Nantel – Tendances de consommation et perspectives en lien avec le commerce de détail

Jacques Nantel, TAG – Regard sur le commerce d’aujourd’hui

Le 5 octobre dernier, nous avons eu le plaisir d’accueillir le professeur émérite des HÉC Montréal, chercheur et spécialiste du commerce de détail, Jacques Nantel, à titre de conférencier lors de la dernière édition de TAG – Regard sur le commerce d’aujourd’hui. Devant un parterre de détaillants, celui-ci a pu poser un regard lucide sur l’état post-pandémique du commerce de détail et les tendances de consommation, marquées par la crise climatique, l’inflation, la pénurie de main-d’œuvre et les conflits dans le monde.

Cette réflexion et les apprentissages qui en découlent, ont notamment été partagés dans son dernier livre, « S’en sortir! Notre consommation entre pandémie et crise climatique. »

Tendances commerce avec Jacques Nantel – Contenu partenaire offert par PME MTL Est-de-l’île

L’expert était récemment en entrevue avec Martin St-Pierre, directeur développement commercial à PME MTL Est-de-l’île, dans le cadre de la série Tendances commerce, pour nous parler des tendances de consommation et de l’état actuel du commerce de détail.

Cet échange passionnant abordera plusieurs sujets d’intérêt pour les détaillants. On y parle des comportements des consommateurs et des tendances de consommation, du commerce en ligne, de l’achat local, ainsi que de l’expérience client.

PME MTL vous présente les points forts de l’entrevue

Offrez-vous des produits locaux?

Nous avons demandé à Jacques Nantel de définir l’achat local. Ce à quoi il a répondu tout simplement, « l’achat local réduit la longueur de la chaîne d’approvisionnement. » Un produit peut venir de très loin et avoir un circuit de distribution court ou être fabriqué au Québec et être vendu dans un magasin à grande surface appartenant à un géant américain. Concrètement, lorsqu’on achète des pommes du Québec dans un magasin à grande surface, on fait un achat local. Si on les achète à notre épicerie du coin, c’est encore mieux. Par contre, si on se procure des pêches de la Nouvelle-Zélande dans un magasin à grande surface, on est très loin du concept de l’achat local.

Convaincre les gens d’acheter local

Jacques Nantel souligne que les appellations comme Aliments du Québec ne poussent pas vraiment les gens à acheter local. « Il faut aller plus loin et considérer les motivations selon le groupe d’âge. Pour les personnes plus âgées, on parle d’une notion de nationalisme. C’est la motivation la plus faible, car bien souvent, les gens ont le cœur à gauche et le portefeuille à droite. Pour les personnes âgées de 40 à 65 ans, la notion de qualité est généralement au centre du processus décisionnel. C’est un bon incitatif, certes. Finalement, les jeunes vont la plupart du temps choisir un produit qui a une moins grande empreinte carbone, un produit plus écologique. Et cette motivation est viable à long terme. » Les entreprises de commerce de détail doivent se baser sur ces constats pour positionner leur offre et la communiquer efficacement.

Faire concurrence aux géants du commerce en ligne

Sur le Web, les gens peuvent acheter une grande variété de produits à très bas prix sans même avoir à se déplacer. « Ça peut sembler difficile à battre. Cependant, une personne pourrait aller en boutique si on lui promet une expérience unique. Un endroit où elle peut toucher, sentir ou goûter aux produits. Un espace où une équipe de spécialistes peuvent la conseiller. » Les détaillants et détaillantes d’ici doivent aussi miser sur la proximité. « Si je veux me procurer des verres pour une réception que j’organise le soir même, ma seule option est d’aller dans un commerce qui se trouve près de chez moi », souligne monsieur Nantel.

Les deux phases d’adaptation des consommateurs et consommatrices

Monsieur Nantel dénote la phase individuelle, soit celle où l’on achète ce que l’on veut sans considération pour autrui, puis une seconde phase, celle de la consommation collective. C’est cette dernière que nous allons devoir développer rapidement pour lutter contre la crise climatique. « Nous avons remarqué ce changement pendant la pandémie notamment avec le vaccin. » Nous devions collectivement poser un geste pour améliorer notre posture face à une crise sans précédent. Monsieur Nantel souligne que la pandémie nous a appris à composer avec une crise. « Et cet apprentissage risque d’être fort utile pour affronter la prochaine crise qui est déjà amorcée, soit celle des changements climatiques. »

Contenu partenaire offert par

PME MTL - logo